Inciser le temps

Alexandra Fau imagine à la Galerie municipale Jean-Collet des « combinaisons » d’artistes de générations distinctes sur le modèle de celles réalisée pour l’exposition La peinture française contemporaine, combinaisons de l’histoire, en 2012 au musée d’art contemporain de Perm en Russie.

L’exposition invite à la collusion des époques au sein d’un médium durement éprouvé depuis les années 1960, la peinture. Il s’agit ici de recréer des « familles » de peintres qui coïncident par leur approche, leur exigence vis-à-vis du réel, ou bien au contraire, par leurs envolées psychédéliques. Aucune règle précise ne vient réguler ce petit jeu de correspondances. Seul le plaisir de se laisser happer par ces mondes peints qui trouvent d’étranges résonnances chez la plus jeune génération.

Inciser le temps s’affranchit des conventions pour dresser un panorama élargi de la peinture contemporaine, révélateur de la diversité des pratiques, des réflexions et des positionnements. Qu’est-ce que signifie agir comme un peintre ? ou se penser peintre ? D’une toile à l’autre, le jeu des matières, le brouillage des repères de la représentation, les correspondances formelles, esthétiques ou conceptuelles suscitent les interrogations.

Le spectateur est amené à «entrer dans un point de vue, comme on sympathise. La perception est participation»1 . Et le tableau redevient un objet porteur de pensée.

A écouter

http://francefineart.com/index.php/component/content/article/14-agenda/agenda-news/3007-2605-galerie-municipale-jean-collet-inciser-le-temps?highlight=WyJpbmNpc2VyIl0=`

A lire

https://next.liberation.fr/arts/2019/02/11/inciser-le-temps-combinaisons-speciales_1708734

1. David Lapoujade, Les existences moindres, Les éditions de Minuit, 2017, p40.

Comments are closed.